Cela n’arrive pas par accident, mes amis

Méditation du samedi

3 octobre 2015

Question du groupe: Q’uo, beaucoup d’entre nous se débattent dans des situations qui paraissent trop lourdes à supporter parfois. Nous avons l’impression d’avoir soit trop de catalyseurs, soit des catalyseurs trop intenses, ou les deux. Nous avons souvent le sentiment que la vie nous charge de fardeaux sans que nous ayons les ressources permettant de les porter. Comment devons-nous porter notre croix, Q’uo? Comment apportons-nous notre cœur ouvert dans les difficultés que la vie semble nous imposer et invitons-nous les énergies supérieures à transformer nos expériences?

(Transmission par Jim)

Je suis Q’uo. Et nous vous saluons tous dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique que nous servons tous de tout notre être, dans la joie, aujourd’hui et toujours. Nous sommes très reconnaissants de pouvoir parler à ce groupe cet après-midi car c’est pour nous un grand honneur et un grand plaisir de nous joindre à vous pendant que vous cherchez les qualités de votre propre être qui peuvent être activées pendant votre voyage de recherche de ce que vous appelez la vérité. Nous voudrions vous demander comme toujours de nous accorder une faveur: celle d’écouter avec grand discernement les mots et les idées que nous partageons avec vous, de manière à ce que vous ne preniez que ce qui a du sens pour vous et écartiez ce qui n’en a pas, car nous ne souhaitons pas représenter une pierre d’achoppement sur votre voie de recherche. Cela nous aiderait à partager nos pensées avec vous car alors nous n’aurions pas l’impression de faire intrusion dans votre propre voyage.

Aujourd’hui, mes amis, vous demandez comment vous pouvez porter les fardeaux que vous avez à porter dans l’expérience de vie que vous avez en ce moment. Au cours du voyage de chaque chercheur il y a des moments où le chemin serpente dans des zones de sombre forêt qui vous paraissent perturbantes, difficiles, ténébreuses et mystérieuses, et qui présentent beaucoup trop des soucis du monde, dirons-nous. En ces moments il est aisé de devenir exagérément soucieux de la façon dont vous allez non seulement pouvoir traverser ces expériences et en tirer des leçons, mais probablement même de la façon dont vous pourrez y survivre, car parfois le parcours du chercheur fidèle est des plus difficiles. Et cela n’arrive pas par accident, mes amis.

(c) L/L Research, Traduction: M. Deschreider

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s