Les catalyseurs postposés restent du travail à faire

Continu du 17 octobre 2015

Ainsi que nous l’avons dit, il existe une seconde source de contraction de l’énergie du cœur, et cette source se trouve à une plus grande profondeur. Elle représente les expériences qui se sont révélées trop douloureuses pour que le ‘soi’ émergent puisse les amener à être ressenties. Il y a alors une tendance à postposer, si vous voulez, le sentiment des pensées, le sentiment des sentiments, le sentiment de la douleur qui fait très souvent partie du processus catalytique que chacun ici vit quotidiennement.

Toutefois, les sentiments postposés ne sont pas des sentiments qui disparaissent pour toujours. Les catalyseurs postposés restent dans le centre du cœur comme du travail qui reste à faire, et un cœur chargé de beaucoup de catalyseurs non traités, de sentiments non éprouvés, est un cœur qui se sent chargé et lourd, et qui souffre de contraintes de sa propre fabrication. En un certain sens, mes amis, nous vous dirons que ces catalyseurs sont parmi les plus difficiles que vous aurez à traiter, car vous ne pourrez pas y travailler sans ouvrir le cœur, et chaque acte d’ouverture du cœur, chaque acte de relâchement du muscle du cœur, est un acte qui libère aussi les émotions refoulées, les souvenirs refoulés, les contraintes refoulées, qui ont été ressentis à un moment ou l’autre comme étant trop difficiles à gérer.

lire la suite

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s